Surcharge mentale au travail : comment l’éviter

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir complètement submergé par les tâches de travail qui n’en finissent pas ? De ne plus être capable de réfléchir correctement ? D’être complètement démotivé au travail ? Ou d’etre tout le temps épuisé ? Si c’est le cas, c’est que vous avez potentiellement une surcharge mentale liée à votre travail. Il s’agit d’un des plus gros problèmes du monde professionnel. Beaucoup de salariées sont victimes de ce fléau sans même sans rendre compte.

La question qu’on peut se poser est : Comment faire pour éviter de cracker ? Comment ne plus se sentir submergé après une journée de travail bien rempli ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Mais avant, voyons d’abord ce qu’est la surcharge mentale et quelles sont ses conséquences.

Qu’est ce que la surcharge mentale ?

La surcharge mentale qu’on peut aussi nommé charge mentale ou charge cognitive, c’est le moment ou on est submergée par de nombreuses informations à retenir et à une quantité de travail trop lourde qui conduit à de l’épuisement mental et parfois physique.

Elle est le résultat d’une accumulation de travail et de responsabilité qui petit à petit prend beaucoup de place dans notre vie, à tel point que même après avoir terminé ses heures, on pense travail, on mange travail et on dort travail. Sans oublier qu’Il faut encore rajouter les responsabilités du quotidien, qui viennent nous épuiser encore plus.

Selon les dernières recherches dans le monde du travail, 74 % des salariés seraient psychologiquement absents dans leur travail, c’est-à-dire qu’il n’on plus assez d’énergie et de motivation pour assumer correctement leurs responsabilités, tout cela à cause des accumulations négatives cité plus haut

Les conséquences de l’épuisement mental

Les études montrent que les conséquences de la fatigue mentale peuvent être désastreux. Dans l’une d’entre-elles, des scientifiques ont mesuré la performance des médecins et infirmières, la recherche montre que les professionnelles de la santé faisaient plus d’erreur et d’accident après avoir accumulés de la fatigue et des pertes de sommeil.

Les personnes victimes de charge mental ont une mauvaise communication car elles peuvent s’énerver très facilement, elles ne sont plus capables de prendre de bonne décision et n’arrivent à retenir de nouvelles informations.

Tout le stress accumulé par les nombreuses actions à réaliser peuvent possiblement amener les personnes qui en sont victime au burn-out.

La fatigue est d’ailleurs une des principales causes d’accidents au travail, la plupart des plus grosses erreurs et catastrophes dans le monde de l’entreprise et de l’industrie ont été causés à cause de personnes victimes de l’épuisement mental.

Parfois, ce n’est pas évident d’avouer que nous sommes atteint de surcharge mentale à cause du travail, certains préfèrent nier cet état en pensant que c’est passager et même quand on reconnaît que nous sommes épuisé, on n’ose pas en parler.

Nous passons (généralement) une grande partie de notre journée au travail, on peut dire aussi qu’on y passe (presque) la moitié de notre vie. Dans ce cas, autant faire en sorte que notre lieu de travail soit très agréable et éviter d’en faire une source de stress.

En mettant en pratique les bons conseils, il est possible d’éviter de se sentir submergé et de retrouver une bonne énergie pour notre productivité. Comme le dit le proverbe : mieux vaut prévenir que guérir.

Voyons ensemble 5 conseils pour éviter de se fatiguer au travail.

5 conseils pour éviter la surcharge mentale au travail

1. Prenez du recul

La fatigue empêche de prendre de bonne décision, comme on est carrément “plongé” dans notre boulot, on peut avoir du mal à avoir un œil critique sur notre situation professionnelle.

Si vous êtes dans ce cas, arrêtez-vous un moment et prenez un peu de recul, aérer vous l’esprit et prenez le temps de vous posez les bonnes questions sur ce qui est réellement important pour votre travail.

2. Listez vos priorités

Le surplus de tache empêche de voir quelles sont les choses les plus importantes, la cause de cette accumulation est parfois le fait d’accepter des requêtes qui ne nous sont pas utile et cela fait qu’on peut perdre du temps dans des choses improductives.

Vous n’aurez jamais assez de temps pour faire tout ce que vous devez faire, au lieu d’essayer de réaliser plusieurs choses à la fois, il vaut mieux se concentrer sur les tâches qui sont réellement utile et qui auront un énorme impact dans votre travail.

Généralement, les tâches les plus importantes à réaliser ne sont pas si nombreux, appliquez la loi de Pareto, 20 % de vos actions amènent 80 % de résultats, ce qui veut que dans votre travail, sur les 10 tâches à réaliser, 2 auront un réel impact dans votre vie professionnelle, essayer de détecter quel sont ces actions réellement importantes.

3. Sachez dire non

Votre temps est précieux, en acceptant tout le temps les tâches qu’on vous propose, vous envoyer le signal à votre entourage qu’on peut piétiner sur votre temps libre et vous interrompre.

Beaucoup de personnes n’ose pas dire non car ils ont peur d’offenser, mais la plupart du temps, notre entourage se montre assez compréhensif, surtout si on leur donne une explication.

Ayez le courage de dire non à tout ce qui ne vous aidera pas à avancer dans votre travail, vous pouvez également expliquer la situation à vos collègues où à votre chef en montrant que certaines requêtes vous empêche de faire correctement votre travail et que vous ne pourrez pas assumer autant de charge.

Contrairement à l’argent, le temps ne se récupère pas, apprenez à ne plus accepter les tâches non-prioritaires afin de reprendre le contrôle de votre temps.

4. Prenez en compte votre environnement

Lister ses objectifs via une to-do list et essayer de les réaliser n’est pas toujours facile, parfois les imprévus fait que nous ne pouvons pas parfois réaliser nos objectifs.

Cela est parfois dû aux imprévus du quotidien ou du travail, les personnes de notre entourage privée ou professionnelles peuvent nous demander de réaliser certaines choses qui pour le coup sont (parfois) vraiment importants.

Si vous habitez avec d’autre personne ou que vous travailler en équipe, essayer de prévoir du temps disponible pour vos objectifs en fonction des possibles imprévus, discutez-en aussi avec votre entourage pour leur expliquer la situation, vous pourrez vous mettre d’accord sur le temps que vous pourrez leur consacrer, ainsi vous serez capables de réaliser vos objectifs à certains moments prévu spécialement pour.

5. Faites des pauses

L’erreur de beaucoup de salariés est de se croire infatigable, ce qui fait qu’ils ne s’accordent aucune pause, sous prétexte qu’ils veulent aller “plus vite”. C’est généralement cette façon de penser qui amènent les gens à se fatiguer psychologiquement.

À moins d’être un robot, personne ne peut rester indéfiniment concentrer sur son travail. La concentration humaine diminue au bout de 30 à 50 minutes, au-delà, on est plus capables de réfléchir et de traiter correctement les informations. Les pauses permettent au cerveau de se reposer et de recharger la concentration.

Une méthode que vous pourrez utiliser est la méthode Pomodoro, le principe est de travailler sans interruption pendant 25 min et ensuite de faire 5 minutes de pause dans lequel vous pourrez soit vous divertir ou faire une petite sieste, ensuite vous recommencer le cycle.

Vous pouvez adapter cette technique en fonction de vos besoins, au lieu de faire 25/5 minutes, vous pourriez faire 30/10, 45/10, 50/15, etc…

J’espère que ces conseils vous auront été utile, n’hésiter pas à me laisser un commentaire pour me dire si vous appliquez d’autre conseils pour éviter la fatigue au travail 🙂

Références :

https://www.ladepeche.fr/2020/02/19/fatigue-problemes-personnels-74-des-salaries-seraient-psychologiquement-absents-au-travail,8742428.php

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4525425/

3 réflexions au sujet de “Surcharge mentale au travail : comment l’éviter”

  1. Oui les pauses, rien de tel. Et c’est plus compliqué qu’il n’y parait d’en prendre. On commence à faire quelque chose et on veut absolument y arriver alors on veut pas se reposer et c’est là qu’on y arrive le moins bien 😌

    Répondre
  2. Merci pour ton article qui me parle beaucoup. J’ai été pendant longtemps en surcharge mentale sans le savoir ! J’en suis sortie maintenant, mais il est vrai que je retrouve dans les astuces que tu donnes ce qui m’avait aidé à l’époque. Surtout le fait d’être au clair sur ses priorités et d’apprendre à dire non lorsqu’on me confiait une tâche qui n’en faisait pas partie .

    Répondre

Laisser un commentaire